Cookies on the PokerWorks Website

We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website. If you continue without changing your settings, we'll assume that you are happy to receive all cookies on the PokerWorks website. However, if you would like to, you can change your cookie settings at any time.

Continue using cookies

Stratégie Poker | Stratégie poker debutant

Méthodologie basique de travail pour étudier la stratégie du poker

Imprimer
Partager

Pour un grand nombre de joueurs, le poker est avant tout une activité de loisirs, un passe temps effectué en dehors des heures de travail. Le joueur récréatif apprend souvent la stratégie du jeu de manière empirique et base avant tout sa progression sur son expérience. Bien sur, il consulte quelques forums et articles stratégiques ci et là. Plus rarement il procède à de véritables debriefs de ses sessions de jeu online. C’est pourtant l’étude « scolaire » du poker qui est la plus prolifique pour progresser rapidement dans le jeu. Celle-ci devrait devenir une habitude, voir un véritable réflexe chez le joueur qui pratique régulièrement et à qui il tient à cœur d’améliorer ses résultats et ses profits.

Faites vos devoirs

Elève perpétuel, le joueur de poker est en constant apprentissage, quelque soit son niveau. Et en bon écolier qui se respecte il devrait quotidiennement faire ses devoirs. L’étude devant être en effet prioritaire. Ce n’est qu’ensuite que vient le temps de jeu, soit le temps de l’interrogation écrite dans laquelle on récolte des bons points et par conséquent au poker, des euros (parfois beaucoup).
Pour étudier le jeu, encore faut il avoir le temps. La encore, il faut agir en bon élève et faire preuve d’un grand sens de l’organisation qui permettra de gérer efficacement un emploi du temps chargé.
Le mot d’ordre est le partage du temps de travail. En gros, si vous souhaitez vous atteler à l’étude du jeu, vous allez devoir vous concocter un calendrier et faire en sorte de le respecter de manière drastique.

Emploi du temps

Dans le cadre de cet emploi du temps, vous allez scinder le temps quotidien alloué au poker en deux parties. Une première partie dédiée au jeu, une seconde, à l’étude. Si par exemple vous jouez en cash game trois heures le soir en rentrant du boulot, prenez deux heures pour jouer et une heure pour effectuer un débrief. Cette heure de travail « scolaire » n’est en rien perdue et portera ses fruits bien plus tard. Si vous souhaitez progresser sur le moyen terme, essayez de respecter ce calendrier pendant une ou deux semaines, en espérant que vous ferez en sorte par la suite de revoir vos sessions de jeu quotidiennement.

Débrief

Comment faire un debrief ? Quels sont les points à analyser en priorité pour trouver ses lacunes et les combler définitivement ?

Il suffira de se plonger dans les données recueillies par votre tracker . Si vous n’en avez pas encore, vous devrez vous procurer de toute urgence cet outil de travail qui demeure indispensable pour étudier le jeu et les statistiques qui en découlent.

Premièrement, votre tracker vous permet d’effectuer un suivi comptable de vos sessions de jeu afin de savoir avec précision combien vous gagnez ou perdez au quotidien.

Un tracker permettra en premier lieu d’avoir un regard brut et sans concession sur votre style de jeu. Si vous perdez régulièrement ou n’êtes au mieux que break even (ni perdant ni gagnant) sur un échantillon de mains important, le problème vient peut être de votre style, trop large ou trop passif.

Analysez votre style de jeu

Consultez votre indice VP$IP (Volontary Put Money($) In Pot). Celui ci exprime en pourcentage le nombre de fois où vous avez volontairement investi de l’argent dans le pot pour aller voir le flop. A une table 6 max de cash game, un VP$IP adéquat évolue entre 19 et 25%. Au-delà, il y a fort à parier que vous êtes un jour large qui a tendance à investir son argent dans des situations borderline.
Si vous perdez régulièrement et que votre VP$IP est supérieur à 25%, vous trouverez là une correlation lourde de sens. Reserrez votre jeu à l’avenir. N’oubliez pas que le joueur trop large est le fish par excellence.

Evaluez ensuite votre passivité. Il se pourrait bien que vous perdiez de l’argent en raison d’un manque d’agressivité aux tables. Ainsi vous ne protégez pas gros jeux contre des mains à tirages, ne réduisez pas le nombre d’adversaires post flop en omettant de relancer ou sur relancer préflop. Consultez les indices PFR (PreFlopRaise) qui vous indique le nombre de mains que vous décidez de relancer préflop. Si ce PFR est trop faible (en dessous de 8% ) vous êtes un joueur trop passif. Si au contraire votre PFR est trop élevé, cela signifie que vous jouez trop large. Dans les deux cas, un tel style de jeu vous condamne â être un joueur perdant sur le long terme.

Si vous avez besoin d’intervenir sur ces différents indices de jeu au cours de vos prochaines sessions. Utilisez le HUD (Heads Up Display) de vos tracker. Celui-ci déploie en temps réel vos statistiques de jeu et celles de vos adversaires. Vous pouvez donc au cours de la partie modifier et ajuster votre façon de jouer en fonction de ces indices qui vous diront si vous jouez trop large ou trop passif.

Bossez vos historiques de mains

Après avoir analysé votre style de jeu, vous devrez vous plonger dans vos historiques de mains en consacrant un maximum d’attention à celle qui vous ont coûté de l’argent. Votre but sera d’identifier les schémas de mises adverses qui vous ont conduit à perdre de l’argent et à les mémoriser pour les reconnaitre ensuite dans de futures situations de jeu réelles. Etudier ces schémas vous permettra également de mettre à nue les adversaires que vous croisez régulièrement aux tables et de tout connaitre sur leur façon de jouer.

Exemple :

Au cours d’une session de cash game online d’une heure, vous avez perdu deux caves de NL30 avec AA.
Dans les deux cas, vous vous êtes fait décaver contre un brelan floppé sur un board non connecté.
Dans le premier, vous ouvrez le pot du hijack avec AA et obtenez un call de la BB. Le flop Q69 tombe. Le joueur à la Big Blind ouvre, vous sur relancez pensant avoir la meilleure main. Votre adversaire vous 3bet à tapis avec 66 et brelan floppé. Vous payez et perdez une cave de 100BB.

Dans ce cas là faute à la variance ?

Sans doute mais pas seulement. En jouant un tapis de 100BB avec AA dans un pot non relancé préflop, vous vous exposerez souvent à un brelan floppé. E n déduisant la range adverse on poeut partir du principe que vous auriez subi un 3bet de la BB avec JJ, QQ, KK, A10+ (à partir du moment ou votre ouverture du hijack peut ausso signifier un vol deblindes. Un joueur qui a call de la BB et vous donne de l’action au flop dispose certainement d’un jeu très fort, brelan ou double paire). Avec KQ ou AQ, il aurait eut tendance à contrôler la taille du pot et à éventuellement se coucher sur un 3bet de votre part au flop.

Autre cas de figure, un joueur ouvre le pot par une relance standard. Vous avez AA et effectuez un 3bet préflop qui est payé par votre adversaire. Un flop 983 tombe. Votre adversaire check, vous effectuez un continuation bet. Votre adversaire paye et check à nouveau sur le J qui tombe au turn sur un board qui reste rainbown. Vous envoyez un 2eme barrel et votre adversaire envoie tapis. Vous payez avec AA et perdez à nouveau une cave de 100BB avec la main la plus forte du Texas Hold’Em, votre adversaire retournant 88 pour un brelan floppé.

Encore une fois faute à la variance certes, mais lorsqu’un joueur call au flop et vous envoie le tapis sur le turn, votre over paire sera souvent battue. Etudier les schémas de mise adverses vous permet de comprendre les agissements de vos opposants et de déduire leurs mains. Plus vous vous familiariserez avec ces schémas de mises, plus votre lecture s’affinera et vous serez capable de faire de bon « folds » qui vous permettront d’économiser beaucoup d’argent.

Il y a bien d’autres paramètres de jeu à analyser dans le cadre de vos debriefs, c’est la raison pour laquelle les travaix d’études du jeu doivent être réguliers, voir quotidiens, et doivent surtout s’accompagner de prise de notes. Chaque lacune découverte la veille doit être comblée le lendemain. Ainsi, dressez vous une liste d’objectifs sessions après sessions.


Télécharger PokerStars.fr

Téléchargez Pokerstars.fr sur Pokerworks et précisez le code bonus STORM et le code marketing FRPOKERWORKS lors de votre inscription pour recevoir un bonus de bienvenue de 100% jusqu’à 500€ de dépôt . Validez votre compte pour participer à 4.000€ de tournois gratuits.